• Luis Fernando Samper, représentant de la Fédération des Cafés de Colombie, demande à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) une extension du niveau de protection juridique des cafés.

    Le café colombien est en effet un produit bénéficiant d'une appellation d'origine contrôlée "label Juan Valdes", mais il existe une hiérarchisation des produits (1ère classe et 2ème classe) qui ne bénéficient pas de la même protection.

    Les producteurs de café souhaitent que celui-ci bénéficie de la protection juridique actuellement accordée aux vins et spiritueux prévue par l'article 23 des accords ADPIC. Les dispositions de cet article dispensent, par exemple, de démontrer que l'utilisation d'une indication géographique par un producteur non autorisé est de nature à induire le public en erreur.

    Les producteurs colombiens bénéficient du soutien de nombreux pays, dont les pays européens. Reste à espérer que l'OMC entende ces réclamations...


    votre commentaire
  • A compter du 28 Avril 2008, les déposants de marques internationales pourront désigner Madagascar qui adhère au Protocole de Madrid. Cette nouvelle adhésion porte à 75 le nombre de parties contractantes au Protocole de Madrid, et à 82 le nombre total de parties contractantes au système de Madrid régissant la marque internationale.

     

    MARQUE INTERNATIONALE / UNION DE MADRID

    Liste des pays membres de l'Arrangement de Madrid et/ou du Protocole de Madrid

      
    AP                     ALBANIE
    A                       ALGERIE
    AP                     ALLEMAGNE
    P                        ANTIGUA - BARBUDA
    AP                     ARMENIE
    P                        AUSTRALIE
    AP                     AUTRICHE
    AP                     AZERBAÏDJAN
    P                        BAHREIN
    AP                     BELARUS
    AP                     BELGIQUE*
    AP                     BHOUTAN
    A                       BOSNIE HERZEGOVINE
    P                        BOSTWANA
    AP                     BULGARIE
    AP                     CHINE
    AP                     CHYPRE
    P                        COMMUNAUTE EUROPEENNE
    AP                     COREE DU NORD (République Populaire Démocratique de Corée)
    P                        COREE DU SUD (République de Corée)

    A                        CROATIE
    AP                     CUBA
    P                        DANEMARK
    A                        EGYPTE
    AP                     ESPAGNE
    P                        ESTONIE
    P                        ETATS-UNIS D'AMERIQUE
    AP                      EX-REPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACEDOINE
    AP                     FEDERATION DE RUSSIE
    P                        FINLANDE
    AP                     FRANCE
    P                        GEORGIE
    P                        GRECE
    AP                     HONGRIE
    AP                     IRAN
    P                        IRLANDE
    P                        ISLANDE
    AP                     ITALIE
    P                       JAPON
    A                       KAZAKHSTAN
    AP                    KENYA
    AP                    KIRGHIZISTAN
    AP                    LESOTHO
    AP                     LETTONIE
    A                        LIBERIA
    AP                     LIECHTENSTEIN
    P                        LITUANIE
    AP                     LUXEMBOURG
    P                        MADAGASCAR (à compter du 28/04/2008)
    AP                     MAROC
    AP                     MONACO
    AP                     MONGOLIE
    AP                     MONTENEGRO
    AP                     MOZAMBIQUE
    AP                     NAMIBIE
    P                        NORVEGE
    P                        OMAN
    AP                     OUZBEKISTAN
    AP                     PAYS BAS*
    AP                     POLOGNE
    AP                     PORTUGAL
    AP                     REPUBLIQUE ARABE SYRIENNE
    AP                     REPUBLIQUE DE MOLDOVA
    AP                     REPUBLIQUE TCHEQUE
    AP                     ROUMANIE
    P                        ROYAUME UNI
    AP                     SAINT MARIN
    AP                     SERBIE ET MONTENEGRO
    AP                     SIERRA LEONE
    P                        SINGAPOUR
    AP                     SLOVAQUIE
    AP                     SLOVENIE
    A                        SOUDAN
    P                        SUEDE
    AP                     SUISSE
    AP                     SWAZILAND
    A                        TADJIKISTAN
    P                        TURKMENISTAN
    P                        TURQUIE
    AP                      UKRAINE
    AP                      VIET NAM
    P                         ZAMBIE
     
                                                                                                                                                    
     .    désignation unique commune des trois pays BENELUX
     
    A
    : Etats parties à l'Arrangement de Madrid mais non au Protocole
    P
    : Etats parties au Protocole de Madrid (qui peuvent percevoir des taxes de désignation individuelles) mais non
          à l'Arrangement
    AP : Etats parties à la fois à l'Arrangement et au Protocole
     
     
     
     
     
     

     

     

     


    votre commentaire
  • Béatrice ANTOINE, Conseil en Marques et Mandataire agréée auprès de l'OHMI. Diplômée d'un 3ème cycle de droit de la propriété industrielle et des nouvelles technologies, et du C.E.I.P.I.(Centre d'études internationales de la Propriété Industrielle). Expérience de 6 mois à Dassault Aviation et de 9 ans en cabinet de conseil en propriété industrielle. J'ai créé le cabinet Contrebrand & Copirate en Juin 2007.

    votre commentaire
  • Les rapports nationaux de recherche, qui permettent de vérifier si une marque identique ou similaire aux marques enregistrées dans les pays membres de l'Union européenne, seront facultatifs à compter du 10 mars 2008.

    Dans le système actuel, l'Office communautaire des Marques (OHMI) transmet au déposant d'une part un rapport de recherche communautaire dans lequel sont relevées les marques communautaires antérieures (déposées ou enregistrées) susceptibles d'être opposées à la demande d'enregistrement communautaire, et d'autre part des rapports de recherche nationaux des Offices des pays effectuant des recherches d'antériorités.

    Dorénavant, seul le rapport de recherche effectué par l'OHMI parmi les marques communautaires continuera à être transmis aux déposants, sans aucune taxe à payer. Les rapports de recherche nationaux effectués dans tous les Etas membres participants (soit 17 états membres à compter de mars 2008 : Autriche, Bulgarie, République Tchèque, Danemark, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Lituanie, Malte, Pologne, Portugal, Roumanie, République Slovaque, Espagne, Suède, et Royaume-Uni) seront émis uniquement sur requête du déposant, et subordonnés au paiement d'une taxe (dont le montant n'est pas encore définitivement établi).

    Ce nouveau système, plus contraignant et plus coûteux, permettra néanmoins d'obtenir des rapports de recherche plus complets incluant notamment une représentation des marques, ce qui peut être bien utile pour pouvoir comparer les marques.


    votre commentaire
  • La loi du 29 Octobre 2007, publiée au Journal officiel du 30 Octobre 2007, transpose la directive communautaire du 29 Avril 2004 relative au respect des droits de la propriété intellectuelle, et va même au-delà. Bon nombre d'articles du Code de la Propriété Intellectuelle sont modifiés. La loi est d'ores et déjà applicable pour les dispositions qui ne nécessitent pas de texte d'application.

    Le but de cette loi est d'assurer un meilleur respect des droits de propriété intellectuelle en facilitant les poursuites en cas de contrefaçon alléguée et en sanctionnant plus sévèrement la contrefaçon avérée.

    1) La loi conforte la procédure de saisie contrefaçon avec un éventail de mesures à la disposition du juge

    Le nouvel article L 521-4 du Code de la Propriété Intellectuelle détaille le nouveau régime juridique de la saisie-contrefaçon.

    2) La loi innove en prévoyant un droit d'information destiné à lutter contre les réseaux de contrefaçon

     - qui peut être mise en oeuvre à l'encontre de personnes trouvées en possession de marchandises de contrefaçon en train de fournir ou d'utiliser des services contrefaisants mais aussi à l'encontre de personnes signalées par ces derniers comme ayant produit, fabriqué ou distribué des marchandises

     - qui peut porter sur toutes informations pertinentes et notamment sur le nom des personnes intervenues dans le réseau de contrefaçon, les quantités de marchandises distribuées et les prix obtenus par ces marchandises.

    La notion de contrefaçon "à échelle commerciale" en vue d'un avantage économique ou commercial a été supprimée.

    Les articles du Code de la Propriété Intellectuelle L 615-5-2 (en matière de brevets), L 521-5 pour les dessins & modèles) et 716-7-1 (pour les marques) transposent le nouveau droit d''information.

    3) La loi prévoit une amélioration des mesures de réparation des victimes de la contrefaçon

    Une des critiques majeures de notre système actuel est l'insuffisance de dommages et intérêts attribués aux victimes de contrefaçon. La nouveauté de la loi est la prise en compte des bénéfices injustement réalisés dans l'allocation des dommages et intérêts. Les articles L 615-7 (brevets), L 521-7 et 521-8 (dessins & modèles), L 716-4 (marques) transposent ce nouveau mode de calcul d'indemnisation.

    De plus, le principe de réparation civile prévu par l'article 1382 du Code Civil est modifié puisque le titulaire peut, à titre alternatif, solliciter une indemnisation forfaitaire au moins égale au montant des redevances que le licencié aurait dû acquitter.

    Les articles L 521-8 (dessins& modèles), L 615-7 (brevets) et L 716-13 (marques) prévoient des mesures complémentaires de réparation du préjudice au delà des dommages et intérêts.

    La spécialisation des juridictions est renforcée puisque le contentieux de la propriété littéraire et artistique et des dessins & modèles, aujourd'hui relevant du Tribunal de Commerce, sera transféré aux TGI exclusivement.

    De nouvelles sanctions pénales sont créées pour réprimer les atteintes aux droits de propriété intellectuelle : elles sont prévues aux articles L 521-11 et -12 (pour les modèles), L 615-14-2 et -3 (pour les brevets) et L 716-11-2 (pour les marques).

    Enfin, les compétences des douanes et des services judiciaires sont renforcés en matière de contrefaçon. Les nouveaux articles L 521-14 à 521-19 (modèles) et L 716-1 à -8 (marques) concernent l'action des douanes.

    On ne peut que se féliciter de cette nouvelle loi qui renforce la valeur des droits de la propriété intellectuelle et les moyens de lutter contre la contrefaçon. Reste aux entreprises françaises à renforcer leurs portefeuilles de brevets, de marques et de dessins & modèles car on ne peut prétendre être victime de contrefaçon qu'autant que l'on dispose d'un droit de propriété intellectuelle en vigueur sur le territoire concerné.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires